Arts,écrits,Yoga: passions de Marie-Ch.Alliot-Vanidévi.

10 avr. 2018

Samadhi, Maya le pouvoir de l'illusion

Samadhi, Maya le pouvoir de l'illusion

 

Samadhi mca-Vanidévi

 

Le yoga n’est pas uniquement qu’à propos de l’exercice physique; il peut aussi mener à Samadhi (l’état supraconscient) à travers la contrôle du prana, la force de vie, en explorant les effets de la pratique consciente des 12 postures du Sivananda yoga sur les corps physique, astral et causal.

Sivananda écrit "Ce qui véritablement n'est pas mais semble être, c'est Maya. Ce qui provoque l'engouement ou moha est maya. Maya est une apparence. C'est un simulacre. C'est le pouvoir de Dieu de créer l'illusion. C'est elle la créatrice de cet univers. Elle projette ce monde pour son lila. Le mental, l'intellect, le corps et les sens sont ses formes. Elle est l'énergie ou l'aspect mère du Seigneur. Tout comme la chaleur est inséparable du feu, le froid de la glace, maya est inséparable de Brahman. Elle dépend de Brahman (la réalité absolue). Maya possède d'innombrables pouvoirs. Lasolidité de la pierre est un pouvoir de maya. La fluidité de l'eau est un autre pouvoir de maya, le feu est un autre de ses pouvoir celui de brûler.L'air est le pouvoir de maya de se mouvoir. L'éther est le vide ou pouvoir d'espace de maya."

Copyright ©Marie-Christine Alliot Vanidévi tous droits réservés

 En temps normal, le cœur et l’esprit sont entièrement recouverts de toutes sortes de saletés, complètement enveloppés, au point que rien ne peut y pénétrer ; mais, quand samadhi est développé, le cœur et l’esprit sont facilement accessibles. Ils sont complètement ouverts et quel que soit le degré de sagesse qui s’éveille, elle pénètre directement dans le cœur et l’esprit. Dès lors, cette sagesse produit des effets en donnant des résultats. Ces effets peuvent être tout à fait extraordinaires, même faire changer de vieilles habitudes très facilement.Les choses qui bloquent la sagesse, qui sont comme « des grains de sable dans les rouages », sont appelées kilesa ou pollutions mentales. Elles enveloppent l’esprit et le cœur et empêchent le calme de les pénétrer. Voilà ce dont nous devons essayer de nous débarrasser et que nous devons apprendre à reconnaître. Nous pouvons dire, de manière générale, que les kilesa sont l’avidité, l’aversion et l’ignorance de la réalité des choses, mais il y a des tas d’autres pollutions mentales qui naissent de celles-ci. Elles ont des ramifications infinies et nous jouent des tours à l’infini ; elles nous piègent de toutes sortes de manières.

Samadhi, l’état de calme que l’on atteint grâce à la pratique de la méditation, a plusieurs niveaux selon le degré d’absorption du citta dans l’objet de méditation. Le mot citta signifie l’esprit, le cœur ou la conscience ; c’est le pivot central d’une personne, tandis que tout le reste, y compris les cinq khandha (corps, sensations, perceptions, formations mentales et conscience sensorielle), est secondaire. Pratiquement tout le monde doit développer la pratique de samadhi pour pouvoir atteindre la sagesse et un état de bonheur qui dépasse ce qui est normalement possible dans ce monde. Une fois le samadhi atteint, la voie est ouverte à la sagesse.

Après que la conscience a été entièrement imprégnée par les énergies de la transcendance, le « plèrôma » (celui qui remplit tout en tous), la plénitude de la Source comme étant omniprésente et interconnectée avec tout et tout le monde est réalisé. Vous réalisez l’unité.

Avec l’aide du Samādhi  et des écrits de grands Maîtres Yogis, on peut créer un réel changement dans le monde, en arrêtant de s’attacher aux résultats et d’être pris au piège des circonstances qui en découlent.

Copyright ©Marie-Christine Alliot Vanidévi tous droits réservés